Gèrard de Commarque

D’URVAL A BUCHENWALD

Maire d’Urval (Dordogne), exploitant agricole et forestier au château familial de La Bourlie, Gérard de Commarque a été arrêté à Périgueux le 5 janvier 1944 pour ses activités dans la Résistance.

Le marquis de Commarque, qui administrait de vastes chantiers de carbonisation dans La Bessède, avait organisé une filière d’accueil et de dissimulation de réfugiés espagnols. Mais la brise de la dénonciation fut la plus forte. Il s’est éteint sans témoin dans la nuit du 15 au 16 février 1944 à l’infirmerie du camp de Buchenwald. Avec d’autres résistants périgordins, il avait franchi le 25 janvier précédent les portes de l’«enfer» après avoir été acheminé comme du bétail du camp de Compiègne. Comme tous les détenus, il avait perdu son identité devenant le numéro de matricule 42152. Déporté, reconnu résistant par la Résistance de la Dordogne-Sud, parmi laquelle il a œuvré très tôt et pour laquelle il a payé le prix du sang, il n’a pourtant pas été admis, officiellement et administrativement, jusqu’à aujourd’hui, comme «déporté-résistant».

S’attachant d’abord au tragique destin de Gérard de Commarque, l’ouvrage relate également le rôle, pendant la Seconde Guerre mondiale, des châteaux de La Poujade (Urval) et de La Bourgonie (Le Buisson-deCadouin) dans la sauvegarde, par la direction des Musées nationaux et de l’École du Louvre, des œuvres du musée des Beaux-Arts de Nancy et du musée Ingres de Montauban. La Poujade accueillit également le gouvernement en exil du Grand-Duché du Luxembourg (1940) puis le P.C. de l’État-major Interallié de la Résistance avec André Malraux (1943- 1944) sur lesquels des éléments inédits sont apportés